7/7 – Les Poilus de St Saturnin lès Avignon et de Jonquerettes – classes 1916 à 1918

L’association de généalogie de St Saturnin lès Avignon vous propose de découvrir le parcours des poilus de notre paisible village provençal. Voilà des semaines que nous sommes sur leurs traces, de leur départ sur le Front, les accompagnant dans l’enfer des tranchées jusqu’à leurs derniers instants, au combat ou sur un lit d’hôpital. Bien entendu, les hommages nationaux se multiplient avec le centenaire de l’Armistice. Toutefois nous vous proposons de mettre en avant « nos » 48 poilus, en les présentant des classes les plus âgées aux plus jeunes. St Saturnin et Jonquerettes, ils y sont nés, ou y ont résidé. Ils y ont joué enfant, dans nos cours d’école, y ont emprunté nos rues ou travaillé dans nos champs, ont participé à la vie de notre village avant le Grand départ depuis la gare d’Avignon. Ils ont laissé derrière eux des enfants, des épouses, des parents. Leurs histoires sont les nôtres, il y a tout juste 100 ans. 

Aurélie BATTU, Régine CONFALONIERI et Jean Louis CRAPONNE

Dernier épisode: des classes 1916 à 1918. ALBIN Prosper Auguste, ARNAUDET Pierre François, CEBE Marius Antonin, MALEN Félix, LAMIABLE Henri, RAVET Philippe et DUBEC Marcel Roger

***

Classe 1916: ALBIN Prosper Auguste, mort à 20 ans

ALBIN Prosper Auguste, fils de Louis Célestin, charpentier, et de Louise TELMON, originaires de Briançon, nait le 30 avril 1896 à St Saturnin. Alors âgé de 18 ans, il s’engage volontairement dans l’Armée au début du conflit, le 25 août 1914 en la mairie d’Avignon. Ses deux frères, Émile Célestin  et Victor Léon  sont également mobilisés.  Sergent du 52e Régiment d’infanterie cantonné à Montélimar, il est promu caporal le 3 juillet 1915.

De mars à août 1916, le 52e RI tiendra les secteurs du fort de Vaux et du tunnel de Tavannes. Il résistera aux bombardements les plus formidables, surmontant des souffrances et des fatigues inouïes. C’est dans ces conditions que Prosper Auguste perd la vie. Il est tué à 20 ans dans les tranchées de Saales, entre Damloup et Verdun, le 6 mai 1916, sous les bombardements intensifs de l’ennemi. Ce jour là, son régiment perd 9 hommes et compte 6 blessés.

 Matricule 486—Bureau d’Avignon– Mort pour la France. Son nom apparait sur le monument aux morts de St Saturnin, la plaque de la mairie et le livre d’or de la commune.

***

Classe 1916: ARNAUDET Pierre François, mort à 22 ans

ARNAUDET Pierre François, fils de Thomas et de Jacqueline DIDIER, nait le 25 septembre 1896 à St Saturnin.  Il est cultivateur et vit avec ses parents à Velleron lors de sa mobilisation en mars 1916. Il intègre le 86 e RI en avril 1915, puis le 38e Ri en décembre 1915 et enfin le 83e RI, 2e bataillon, en mai 1916. Pierre François apprend le décès de son cousin germain Pierre Gabriel en mai 1917.

Il reçoit une citation à l’ordre de son régiment le 5 janvier 1918. Pierre Gabriel est blessé le 25 avril 1918 et hospitalisé pour 5 jours à Abbeville suivi d’une période de convalescence de 25 jours à Lannion avant de retourner au combat le 21 juin.

Le 17 octobre 1918, une attaque est déclenchée à 5h30 sur la cote 139 par les 1er et le 2e bataillon dans le secteur de Hauteville (Aisne). Le 1er, à droite, ne peut avancer, le 2e, à gauche, en liaison avec le 88e, réussit à progresser d’environ 200 mètres en direction du ravin de la côte 114. L’attaque un moment ralentie, est reprise à 10 heures. Le second bataillon dépasse successivement la route Hauteville—cote 139 et réussit à atteindre le chemin de terre Hauteville 75-25. Au cours de cette avancée, 42 prisonniers sont capturés auxquels s’ajoutent 4 mitraillettes et une mitrailleuse lourde. A la nuit tombée, le chemin de terre Hauteville 78-20 était atteint.

Pierre François est blessé lors de cette attaque et décède des suites de ses blessures le même jour. Il sera le seul tué de son régiment ce jour là et reçoit la Croix de Guerre médaille de bronze à titre posthume. Il est aussi le dernier poilu saint-saturninois décédé sur le Front.

 

« Observateur de bataillon courageux et dévoué, a assuré son service avec zèle malgré de violents bombardements pendant la période du 13 novembre au 14 décembre 1917. » citation 208 du 5 janvier 1918

Secteur du 83e RI – octobre 1918

Matricule 596—Bureau d’Avignon—Mort pour la France , Croix de Guerre—Inscrit sur le monument aux morts de Velleron

***

Classe 1916: CEBE Marius Antonin, mort à 20 ans

CEBE Marius Antonin, fils de Jules Joseph et de Françoise MAILLAN, voit le jour à St Saturnin le 23 septembre 1896. Cultivateur, puis ouvrier en peigne, il vit quartier des Aires en 1911 avec ses parents, son frère et ses deux sœurs.

Lors de sa mobilisation en avril 1915, Marius est incorporé au 2e régiment de zouaves à Sathornay dans lequel il devient caporal.

Le 15 février 1916, son régiment se rapproche de Verdun et s’engage, au lendemain de l’attaque, derrière la 72e division sur les secteurs du bois des Fosses, de Beaumont, de Vacherauville et du bois de la Wavrille. Le régiment, en trois jours, a perdu 31 officiers et 1100 hommes, mais Marius Antonin en a réchappé. Sur la rive gauche de la Meuse, il va, en avril et pendant plus d’un mois, défendre le plateau des Rieux qui domine Avocourt. En mai 1916, en avant de la fôret de Hesse, son régiment perd 400 hommes. Le 5 juin, les allemands s’emparent du fort de Vaux. pour rétablir la situation, le Général Nivelle forme une brigade provisoire avec le 2e régiment de zouaves et le RICM qu’il considère comme « les deux plus beaux régiments de France ». Durant dix jours se déroulent de terribles combats. Marius Antonin est tué le 15 juin 1916 au sud du Fort de Vaux (Verdun). Les zouaves ne seront relevés que le 17 après avoir perdu 900 hommes.

Son corps sera enterré à Fleury devant Douamont (Meuse) en la nécropole nationale de Douamont (tombe individuelle 12541).

Secteur de Verdun

Matricule 512—Bureau d’Avignon– Mort pour la France—Son nom est inscrit sur le monument aux morts de St Saturnin, la plaque commémorative de la mairie et sur le livre d’or de la commune.

***

Classe 1916: MALEN Félix, mort à 21 ans

MALEN Félix,  fils de Maurice et de Marie BERARD, nait à St Saturnin le 27 mars 1896. Tailleur sur cristaux, il vit avec sa famille à Rambervillers (Vosges) en 1915.

Lors de sa mobilisation, il intègre tout d’abord le 21e RI, puis le 152e Ri en novembre 1915 et enfin le 109e RI, 9e compagnie en juin 1916.

Félix décède le premier jour de l’un des plus terribles combats de 1917, la bataille de la Malmaison, qui se déroula du 23 au 25 octobre. Elle tient son nom du fort de la Malmaison, situé à côté du chemin des Dames, dans l’Aisne. Son issu sera le repli des allemands sur la rive droite de l’Ailette. Ce qui rend ce combat notable est sa préparation d’artillerie, d’une intensité qu’on ne reverra plus avant la bataille de Koursk, en 1943: près de 1800 pièces d’artillerie françaises, pour 12 km de front, ont envoyé plus de 3 millions de projectiles en quelques jours.

Félix est donc tué le 23 octobre 1917 à Jouy (Aisne), à 150m au Nord du Poste de commandement d’Ulm, près de la tranchée Léopard.  Ce jour là, son régiment compte 43 tués, 4 disparus et plus de 100 blessés.

Matricule 1269—Bureau d’Épinal—Son nom est inscrit sur les monuments aux morts de St Saturnin, de Rambervillers ainsi que sur le livre d’or de Rambervillers

***

Classe 1917: LAMIABLE Henri, mort à 20 ans

Lamiable fiche AiLAMIABLE Henri nait à Montpellier le 9 février 1897 dans une voiture, ses parents étant sans domicile fixe. Fils d’Albert et de Blanche LEFEVRE, Henri, employé en tant qu’ouvrier verrier chez M. Dupuis. Sa mère, originaire des Ardennes décède jeune. Henri vit ensuite à St Saturnin avec son père Albert, vannier, originaire de l’Aube . Après le décès de ce dernier en novembre 1913, Henri s’installe à Montfrin dans le Gard.

Il est mobilisé le 9 janvier 1916 et intègre le 75e RI de Romans. Il passe ensuite par le 140e RI de Grenoble et le 4e RI d’Auxerre. C’est au sein de ce régiment qu’il est promu caporal le 16 avril 1918.

« Bon soldat volontaire pour les missions délicates. A exécuté plusieurs patrouilles dangereuses » citation 413

Henri est tué le 18 juillet 1918 au combat du Bois de Courton (Marne). Il est décoré de la Croix de guerre étoile de bronze à titre posthume.

Matricule 522—Bureau – Mort pour la France—Croix de guerre étoile de bronze. Son nom figure sur le monument aux morts de St Saturnin ainsi que sur la plaque commémorative de la mairie. Il est aussi inscrit sur le livre d’or et le monument aux morts de Montfrin.

 

***

Classe 1917: RAVET Philippe Jean Baptiste Marius, mort à 21 ans

RAVET Philippe Jean Baptiste Marius, fils d’Henri Roger et de Marie Rose BOUSTIER, voit le jour à St Saturnin le 19 juin 1897. En 1911, alors âgé de 14 ans, Marius vit quartier des Grès avec ses parents et ses trois sœurs.

Il incorpore le 40e RI à compter du 1er janvier 1916 puis passe au 273e RI le 21 mars 1917. Marius disparait le 1er juin 1918 à l’Échelle (Aisne). Sa famille, dont son beau frère Marcel BOYER, mobilisé lui aussi, demande des renseignements auprès de la Croix Rouge en espérant une captivité ou une hospitalisation. Ils reçoivent une réponse négative le 18 novembre 1918. Ses camarades de régiment indiquent par la suite que son corps a été enterré en la nécropole Vauxbuin (tombe 119 carré D).

Un jugement du tribunal d’Avignon du 13 décembre 1921 fixe son décès au jour de sa disparition.

IMG-3173 copie

Matricule 544—Bureau d’Avignon– Mort pour la France – Son nom est inscrit sur le monument aux morts de St Saturnin, la plaque de la mairie et le livre d’or de la commune

***

Classe 1918: DUBEC Marcel Roger, mort à 20 ans

DUBEC Marcel Roger, né à Entraigues le 16 novembre 1898, vit avec ses parents Antoine et Thérèse TEISSIER ainsi que ses deux sœurs à St Saturnin en 1911, quartier du Sablas. Marcel est ouvrier d’usine tout comme son père chez M. Despert et sa sœur Virginie, ouvrière en soie chez M. Bérud.

Incorporé au 22e régiment d’infanterie coloniale le 18 avril 1917, Marcel passe ensuite au 173e RI en juillet 1918. Rejoint par des troupes canadiennes, le régiment reçoit l’ordre de reprendre le village de Fresnoy-les-Roye. Blessé lors des combats, il meurt des suites de ses blessures le 23 aout 1918 « à l’ambulance » dans le secteur du Plessier-Rozainvillers (Somme). Son corps a été inhumé dans la nécropole nationale de Montdidier (tombe 1330).

Matricule 986—Bureau d’Avignon– Mort pour la France. Son nom apparait sur le monument aux morts de Saint Saturnin., le livre d’or et la plaque commémorative de la mairie.

***

A suivre…

1918. Du deuil national à la mémoire locale – St Saturnin lès Avignon

1/7 – Les Poilus de St Saturnin lès Avignon et de Jonquerettes – classes 1893 à 1900

2/7 – Les Poilus de St Saturnin lès Avignon et de Jonquerettes – classes 1901 à 1904

3/7 – Les Poilus de St Saturnin lès Avignon et de Jonquerettes – classes 1905 à 1908

4/7 – Les Poilus de St Saturnin lès Avignon et de Jonquerettes – classes 1909 à 1911

5/7 – Les Poilus de St Saturnin lès Avignon et de Jonquerettes – classes 1912 à 1913

6/7 – Les Poilus de St Saturnin lès Avignon et de Jonquerettes – classes 1914 à 1915

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s